VANITE

Du latin Vanitas : vide, futile, frivolité, fausseté, jactance
1. caractère de ce qui est vain, futile.
2. inutilité, inconsistance.
3. désir de se faire valoir, fatuité.
4. fierté excessive, amour-propre frivole.
définition Wiktionnaire (http://fr.wiktionary.org/wiki/vanit%C3%A9)

La voici peut-être la plaie de l'ostéopathie!

Il y a un an environ, en pleine crise des décrets, les manifestations des étudiants en ostéopathie n'étaient pas suivies par les professionnels, le représentant de l'UNEO se faisait éjecter de la réunion des directeurs d'école, de nouvelles associations fleurissaient de partout et celles déjà existantes ne parvenaient pas à se mettre autour de la même table. Localement, nous étions atterrés de l'incapacité à communiquer avec notre direction et nous vivions soudés par l'envie de s'en sortir ensemble.
Aujourd'hui, chacun a mené sa propre action dans son coin, presque toutes ont été quasi inefficaces, et ceux qui ont tenté de se lever, de montrer leurs erreurs à chacun et de créer une cohésion se retrouvent au tribunal ou évincés de leur poste représentatif. Localement, il reste quelques groupes, un site internet à la fréquentation en baisse et sans interaction, et tout un tas de rancoeurs naissantes ou ravivées.

Mais qu'est-ce qui a conduit à cette situation?
Qu'est-ce qui a conduit les ostéopathes a vouloir être chacun le sauveur de l'ostéopathie française?
Qu'est-ce qui conduit un individu à ne pas vouloir entendre ce que l'autre a à lui dire?
Qu'est-ce qui conduit un individu à traîner un autre dans la boue parce qu'il a osé s'exprimer sur son comportement, surtout ses erreurs?
Qu'est-ce qui conduit des gens qui ont connu la même galère, des compagnons d'arme, à se tirer dessus?

N'êtes-vous pas fatigués d'entendre ou de lire "-j'ai fait sauté la TVA! -non, c'est moi!", "l'ostéopathe d'à côté est un nul... et ne parlons pas du médecin!", "j'ai 120 patients/semaine, moi! Et la plus belle bagnole!", "lui, c'est un c.. il a essayé de s'installer dans la même rue que moi", ... ???

"L’homme possède en lui ses propres forces curatives". Ce grand principe de l'ostéopathie énoncé par notre père fondateur est une leçon que nous devons tirer dans notre pratique mais aussi dans notre vie. Et oui, ce qui fait de l'ostéopathie une médecine est sa philosophie propre. Qui se veut ostéopathe se doit d'adhérer à cette philosophie. Et ici, la leçon est claire: nous ne guérissons personne, nous sommes juste là pour aider l'Homme a relancer "ses forces curatives". Et peut-être qu'un jour, si ce n'est pas déjà le cas dans certaines philosophies de vie (bouddhisme, etc), l'Homme pourra relancer ces forces lui-même. Et nous ne servirons plus à rien.
Cet exemple, pris parmi beaucoup d'autres, a pour morale un principe qui vient affronter tout ce qui est écrit plus haut: l'Humilité.

Car c'est notre vanité qui nous fait refuser les critiques de l'autre, croire qu'on a le plus beau costume parce qu'on est le meilleur, croire que notre vision est la seule correcte, croire que c'est la faute de l'autre si ça ne marche pas.
C'est aussi notre vanité qui nous fait détester ou ridiculiser cet article.

Alors, s'il vous plaît, luttons contre cette gangrène qui nous prend tous, nous détruit individuellement et collectivement. Faisons preuve d'Humilité et rétablissons le contact.

Commentaires

ad a dit…
magnifique! rien à rajouter sauf qu'il y a aussi le pognon qui fait que certains ce tapent dessus et pètent plus haut que leur cul si tu me permet. faudrait créer un comité de déontologie et de recherche sur l'ostéopathie (mais c'est du boulot!) pour clarifier un code et y aurait plus de litige et on serait regrouper; enfin je dis ça, peut etre qui en a d'autres qui ont déjà essayé ou qui ont d' autres idées...faut faire comme les acupuncteurs ils y sont très bien arrivé à se faire accepter.
allez courage à tous les potos et adio!
Yannick a dit…
les "comités" de déontologie et de recherche existent déjà: ROF, AO, ...